mercredi 4 octobre 2017

¤ L’enjeu, de Angela Behelle ¤

Résumé : 
"- Que diriez-vous d'aller prendre un verre ailleurs ?
L'invitation est directe. M. Stirvin est un homme habitué à obtenir ce qu'il veut. Il ne doute pas de mon accord. Et il a raison. Je suis prête à le suivre pour trois raisons. La première, c'est que je ne demande qu'à fuit cet endroit étouffant. La deuxième, c'est que je me sens flattée d'être ainsi enlevée par cet homme superbe. La troisième, c'est que Marine n'a pas tort. Presque trois ans ont passés le nez plongé dans le travail, ça mérite bien un peu de distraction. J'ignore jusqu'où cette invitation va me mener, mais une si belle occasion ne se refuse pas."
Avocate, Emma Loudhéac, 28 ans, se rend à un vernissage dans la galerie de Marine, sa meilleure amie.
Une seule chose est sûre : elle est loin d'imaginer la tournure que vont prendre les événements...

Editeur : Pygmalion
- Collection : Romans
Paru le : 30 Août 2017
- Pages : 448


Mon avis : 
Je remercie les éditions Pygmalion pour l'envoi de ce roman que j'attendais avec beaucoup d'impatience. J'ai découvert la plume d'Angela Behelle seulement l'année dernière à la même époque avec son roman « Le Caméléon », qui avait été un très gros coup de cœur. Du coup je suis partie très enthousiaste et confiante quant à l'issue de cette lecture… Eh bien quelle ne fut pas ma déception en découvrant que ce roman est un spin-off de sa saga « La société »…


Nous faisons très vite la rencontre d'Emma, cette jeune avocate de 28 ans qui semble se donner à fond dans son travail, oubliant complètement de prendre du bon temps, de profiter un peu de la vie et de souffler de temps en temps. Sa meilleure amie Marine ne se gêne pas pour le lui faire remarquer régulièrement et avec de plus en plus d'insistance ces derniers temps. C'est donc de cette façon qu'elle se retrouve plus ou moins coincée un vendredi soir à la galerie de cette dernière afin de la soutenir pour son vernissage au lieu de travailler encore et toujours sur ses dossiers. Heureusement pour elle, fait inattendu, la soirée va prendre un tout autre tournant, entre les bras de M. Stirvin, qui est de 25 ans son aîné, rien que ça. Il est encore terriblement séduisant pour son âge, semble avoir beaucoup d'expérience avec les femmes et la prestance qu'il dégage n'est pas pour lui déplaire. C'est donc presque naturellement qu'elle va succomber à la tentation maléfique qui va entourer toute cette relation par la suite…

Alors, qu'en dire ? Je ne suis pas particulièrement friande des relations avec autant d'écart d'âge, non pas que cela me choque, mais j'ai tendance à toujours voir loin vous voyez ? Dans dix ans, comment feront-ils ? Mais là, on ne peut pas dire que le problème se pose vraiment. J'ai trouvé toute cette histoire très malsaine pour être tout à fait honnête. Entre leur écart d'âge et l'attirance qu'il y a entre Emma et le fils de M. Stirvin qui, soit dit en passant, a quasiment le même âge qu'elle, je n'ai pas été à l'aise du tout. Pendant toute la durée du roman, une espèce de tension sexuelle pèse sur eux, Emma en est consciente, mais préfère se voiler la face en épousant le père. C'est à se demander si elle a un cerveau ? J'ai trouvé l'héroïne d'une stupidité sans nom, surtout quand elle comprend ce qui se trame vraiment entre le père et le fils. Elle est entre les deux, elle est l'enjeu, ça on le comprend très vite et pourtant elle ne réagit pas, préférant penser à travers ses orgasmes multiples. Du moins c'est vraiment ce que j'ai ressenti, et d'un point de vue extérieur c'est vraiment ce que cela montre.

De ce fait, j'ai eu un mal fou à lire ce roman qui m'a tenue dans le temps bien trop longtemps, j'aurais mieux fait d'écouter la petite voix dans ma tête qui me dictait de l'abandonner. Je ne saurais vraiment à quoi me raccrocher pour sortir quelque chose de positif de mon ressenti. Après mûre réflexion, je ne vois vraiment rien de bon ou de plaisant dans cette histoire que j'ai finalement trouvée bien trop perverse, sans parler du goût incontesté pour la sodomie qu'ont nos protagonistes masculins. Là encore, autant de répétition n'était vraiment pas nécessaire. Loin d'en être choquée puisque je pense qu'avec la trilogie (coup de cœur) de CJ Roberts j'ai été servie, mais là non ça ne l'a tout simplement pas fait du tout. J'en attendais probablement beaucoup trop étant donné la douceur et l'addiction que j'ai ressentie en lisant « Le Caméléon », ou alors autre explication, j'ai sans le vouloir pris en grippe ce roman en sachant que c'était un spin-off… Quoi qu'il en soit, je suis sur la réserve quant à découvrir la saga initiale.

En résumé, c'est avec un grand « ouf » que j'ai refermé ce livre. Première fois que je n'accroche ni aux personnages, ni à l'héroïne et à ses façons de penser. On évolue dans la luxure tout du long mêlant sexe, secrets et manipulations, et sincèrement, ce qu'il en ressort ne m'a pas plus plu que le reste, bien au contraire. Je ne parviens pas à trouver quelque chose de vraiment positif à dire concernant l'histoire, mais pour ce qui est de la plume de l'auteure, je l'ai trouvée toujours aussi plaisante. Du coup c'était assez étrange comme mélange, je vous l'accorde. Ceci étant dit, je vous recommande seulement de vous faire votre propre avis et pour les fans de la saga « La société », ce titre-là devrait probablement vous plaire, j'imagine.

Ma petite note : 

Merci encore à eux :




===>



1 commentaire:

  1. Et bien :O Je ne sais pas quoi dire d'autre :/ à part peut-être, dommage :/
    J'ai la série "La société" à découvrir et je me doutais que c'était chaud :) enfin, je veux pas mourir s'en savoir ;) j'espère apprécier plus que ta lecture :)

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...