mercredi 6 septembre 2017

¤ Pour un tweet avec toi, de Teresa Medeiros ¤


Résumé :
L'amour en 140 signes max. 
Auteure d'un presque Pulitzer, Abigail Donovan tarde à mettre le point final à son prochain roman. Aussi, lorsque son agent lui ouvre un compte Twitter, se prend-elle au jeu des tweets, retweets, hashtags, etc.
"MarkBaynard", professeur d'université en congé sabbatique et twitteur averti, devient l'un de ses followers les plus assidus. Entre la jeune femme et lui, va naître un échange jubilatoire plein de réparties spitiruelles et de références aussi drôles qu'inattendues. Grâce à cette étonnante rencontre virtuelle, Abby va retrouver l'inspiration et le goût de vivre. Mais pourquoi rester enfermée devant son écran alors que Mark parcourt le monde ?





Editeur : Milady
- Collection : Milady Romance
Paru le : 22 Novembre 2012
- Pages : 285



Mon avis :
J'avais très envie de légèreté et surtout d'un roman épistolaire pour retrouver un peu ce genre que j'affectionne beaucoup. C'est donc tout naturellement que je me suis dirigée vers ce titre-là de ma pile à lire qui, je crois, y est depuis cinq ans… Malheureusement pour moi, j'en suis ressortie assez mitigée.

Nous suivons Abigail Donavan, cette jeune femme auteure à succès d'un seul livre qui subit actuellement le syndrome de la page blanche. Nous la suivons à un moment difficile de sa vie où les économies de son succès s’amenuisent et où elle va devoir envisager de quitter son bel appartement à la vue superbe sur Central Park. Elle tourne en rond depuis quelques mois, a une vie sociale des plus inexistantes puisqu'elle n'a plus de petit ami depuis un an et sa meilleure amie a une vie bien à elle, allant d'aventure en aventure. C'est donc bien malgré elle que son agent l'inscrit sur Twitter, histoire de relancer sa carrière et de créer des liens avec certains fans, ce qui pourrait sûrement l'aider à reprendre confiance en elle et à retrouver l'inspiration, sait-on jamais. Au lieu de ça, Abigail va se laisser entraîner dans le jeu de l'échange virtuel avec un certain Mark qui, semble-t-il, a tout pour lui. Ce professeur, en congé sabbatique, pourrait bien l'aider à se changer les idées, frôlant l'obsession et l'addiction des tweets à travers ce petit oiseau bleu…

C'est un peu en demi-teinte que j'ai refermé le livre, je l'admets. Je ne ressentais pas ce besoin absolu de rouvrir le livre pour connaître l'évolution de leur relation virtuelle ou encore pour savoir si Abigail a eu le déclic qui lui manquait pour poursuivre son roman au-delà du chapitre 6, ou encore pour découvrir dans quelle ville du monde se trouvait Mark actuellement. J'ai trouvé leurs échanges assez simples et banals finalement. On sent qu'une certaine complicité se crée à travers les nombreux films et séries qu'ils ont pu regarder, mais ça ne va pas vraiment au-delà. D'autant plus que les très nombreuses références m'ont plutôt agacée étant donné que je n'en connaissais pas la moitié, et pourtant je suis assez calée dans ce domaine-là, mais il faut croire que je ne l'étais pas assez. Du coup eh bien certaines blagues sont tombées à l'eau pour moi.

À travers leurs tweets, nous avons quelques pans de vie d'Abigail et là encore c'est tristement banal. Je ne suis clairement pas parvenue à m'attacher à elle et encore moins à sa façon de penser. Il a finalement fallu que l'auteure fasse entrer la maladie pour que le récit ait un intérêt un peu plus sérieux et cela m'a beaucoup déçue. De ce fait, tout prend un tournant totalement différent, notre héroïne ressent tout un panel d'émotions contradictoires pour finalement se rendre compte qu'elle ressent plus que de la haine et de la colère envers Mark. Qu'une histoire plus profonde qu'elle ne le pensait s'est créée à travers leurs tweets, aussi invraisemblable que cela puisse paraître.
Tout cela lui donne le petit coup de fouet dont elle avait besoin à ce stade de sa vie, l'inspiration et la confiance en elle reviennent et le happy end a lieu. On a du mal à y croire, mais il arrive discrètement, comme tout le reste du roman finalement. Pas de grandes émotions fortes ressenties, juste un grand ouf que tout se finisse bien… Et pour moi, ce n'est juste pas ce que j'attendais, il m'a manqué beaucoup trop de choses pour que je sois happée par l'histoire, que je m’attache aux personnages et à ce qu'ils vivent. Cela étant dit, ça ne va pas m'empêcher de lire d’autres romans épistolaires, donc ce n'est pas si catastrophique qu’il n’y paraît.

En somme, j'ai passé un moment de lecture assez mitigé, j'ai ressenti peu d'intérêt pour cette histoire, même si certains aspects (tout petits) m'ont bien plu. Je n'ai pas ressenti ce côté addictif que l'on ressent avec les romans épistolaires, je n'avais pas hâte de savoir absolument ce qu'ils allaient se dire. Le ton est toujours très léger, on se demande parfois s'ils se plaisent ou non, leurs échanges restent assez superficiels jusqu'à un certain point qui selon moi aurait pu être évité. Les soucis de santé aussi graves soient-ils n'auraient pas dû être l'élément déclencheur pour que le récit prenne un tournant plus sérieux et je trouve cela vraiment dommage. J'ai peut-être attendu beaucoup trop de ce roman dont j'ai entendu tant de bien. Pour ma part, je suis légèrement passée à côté.
Je vous le recommande quand même, car c'est important de se faire son propre avis et puis il est à tout petit prix sur Amazon

Ma petite note : 



===>

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...